Bluenove

Leader en France de l’Innovation Ouverte

juin 2017

Alsago est le premier Accélérateur/Intégrateur entre la France et le Canada, dans une approche globale de bout en bout.

Depuis 2008, Alsago Entrepreneurs a pu tester et faire progresser un cheminement qui permet de dépasser les obstacles par une culture du Leadership dans l’Incertitude et du Savoir Devenirl’Innovation Ouverte et la Gouvernance Agile se complémentent et qui mènera prochainement à une étape inévitable : l’Intelligence Artificielle pour en fonction de qui nous sommes en tant qu’entreprise innovante, prédire le parcours et l’environnement nécessaire….

La prochaine version Alsago Accélérateurs V5 début 2018 permettra à une dizaine d’entreprises européennes de bénéficier des avancées en terme de cheminement lié à la R&D et la Commercialisation, de technologies avancées en Gouvernance Agile et Innovation Ouverte pour mélanger développements matriciels et organiques, verticalité et transversalité, développement local et international dans un apprentissage profond et multidimensionnel, autant incrémental que nécessairement holistique.
Le processus en 4 étapes de la Sélection à l’Implantation en passant par l’Adaptation et l’Intégration permettent de combiner différents réseaux européens et nord-américains pour avancer avec des Centres de Recherche, Intégrateurs, Grands Groupes, Fonds d’Investissements ou Villes Intelligentes dans une Orchestration Globale où chacun sait avant ce qu’il doit faire dans un espace temps de 12 Mois idéalement.
Vision pour les entreprises innovantes candidates : www.plateformeinnovation.com
Pour en Savoir plus :

Appel à candidatures Grands Groupes Canadiens pour devenir Partenaires de la plateforme :

Pour en Savoir Plus : www.technomontreal.com/fr/actualites/nouvelles/alsagoaccelerateur

Enfin, Alsago offre des Services à la Carte pour les entreprises souhaitant des offres ponctuelles au Canada ou Europe :

  • Domiciliations,
  • Hébergement VIE,
  • Rachat d’Entreprises,
  • Commercialisation,
  • Accompagnement Stratégique,
  • Création d’Entreprises
  • R&D (Partenariats, Co-développement…)
  • Financements (Publiques, Privés…)
  • Stratégies Ecommerce et Opérations

Pour plus d’Informations : Alsago Entrepreneurs.com/services/pme-innovantes

juin 2016

2001218_la-chine-va-tester-un-bus-anti-bouchon-qui-chevauche-la-circulation-web-tete-021964830454

 

À Montréal, nous nous trouvons dans une situation particulière avec des conditions de plus en plus difficiles pour circuler :

–        Une île avec les fragilités que cela comporte notamment au niveau de l’accès avec les ponts qui eux-mêmes sont vétustes et en travaux régulièrement

–        Un taux d’immatriculation annuel très important multipliant le nombre de véhicules sur place

–        L’insuffisance de stations de métro pour couvrir l’étendue du territoire

–        Des travaux nombreux accentuant les problématiques de circulation

–        La neige en hiver qui peut paralyser également la ville en cas de fortes chutes

–        La lenteur des trains

–        La grandeur de l’île qui augmente le temps en bus pour aller d’un point à un autre

Hors, si Montréal veut devenir une capitale Smart City et continuer à se développer comme le souhaite le maire et le Bureau de la ville intelligente, elle devra apporter et combiner des solutions pour optimiser la circulation et décongestionner la ville afin d’attirer les investissements et permettre aux employeurs et employés locaux de pouvoir simplement se rendre à l’heure au travail, et ce tout en étant dans une vision de développement durable et de réduction des effets de la pollution.

Citons quelques solutions en émergence pour y parvenir :

–        Le transport multimodal avec des applications de géomatique pour les usagers : combiner plusieurs modes de transport au meilleur moment (voiture, vélo, à pied, train, métro, bus…) – les applications de Mobigis (www.mobigis.fr, entreprise européenne représentée par Alsago au Canada) permettent autant à des géomaticiens dans les agences de Transport (Montréal, Laval par exemple) qu’à des usagers citoyens de bénéficier de ces fonctionnalités.

–        Le covoiturage : d’une ville à l’autre ou pour une grande entreprise, fidéliser ses employés en développant des solutions de partage de véhicules

–        Les applications de stationnement : elles permettent de réduire le temps de recherche d’une place  mais aussi de pouvoir payer à distance. Les contraintes actuelles sont qu’elles ne fonctionnent pour l’instant que dans certains quartiers de la ville

–        Les espaces de « coworking « qui permettent à des travailleurs autonomes ou PME de louer un espace fonctionnel, flexible et potentiellement collaboratif tout en restant proche de chez eux

–        Les tiers-lieux : des tests en France et au Québec se font notamment avec des succursales bancaires pour utiliser une partie en mode « coworking » et permettre à des employés qui n’auraient pas le temps de rentrer au siège de leur entreprise au centre-ville par exemple d’avoir accès à un bureau tiers-lieux proche de chez eux ou de l’endroit de leur rendez-vous. Cela permet de rentabiliser des espaces vides dans les nombreuses succursales pour l’hébergeur et de réduire considérablement le temps de transport

–        Le non-transport ou le télétravail : des entreprises PME ont choisi de passer à 100% en télétravail et d’organiser des réunions d’équipe en louant des salles lorsque cela est nécessaire. D’autres grands groupes partagent le temps de leurs employés en leur accordant 1 ou 2 journées par semaine pour travailler directement de la maison surtout dans des domaines de la virtualisation ou en technologies de l’information.

–        La voiture électrique (Tesla) ou le taxi électrique (Téo Taxi à Montréal) : cela reste encore marginal et coûteux mais cela montre le chemin à suivre pour démocratiser le transport électrique

Et demain, la voiture électrique autonome? Google et différents constructeurs comme Renault-Nissan se préparent en vue d’offrir une voiture électrique et autonome à très bon marché. Néanmoins, cela ne remplacera pas l’espace nécessaire pour circuler mais cela permettrait à ces voitures de retourner se stationner à la maison ou en banlieue où des places seront disponibles. Mieux que cela, le temps de conduite deviendra un temps de travail, productivité ou loisir (lecture…) car la voiture conduira sans assistance. Enfin, en Chine, permettre à des bus anti-bouchon (straddling bus) de chevaucher la circulation va être une solution testée prochainement sous la forme d’un projet pilote!

En conclusion, nous le voyons bien et comme le mouvement Mobilité Montréal le définit, nous faisons tous partie de la solution : en tant qu’individu/citoyen, entreprise citoyenne, agences de transport en mettant en place des applications web pour calculer le meilleur mode de transport au meilleur moment et aussi en tant que villes avec des applications de stationnement. Cela passera de plus par des infrastructures en développement, en accroissant le nombre de lignes de métro, de wagons avec confort nécessaire (places, climatisation…) afin d’inciter de plus en plus de citoyens à quitter leur voiture pour privilégier le transport en commun dans une approche expérience-client.  C’est donc un ensemble de solutions qui permettra de gérer autrement le transport pour ne plus handicaper mais au contraire favoriser le développement de la ville, de son écosystème public-privé, et attirer les investisseurs étrangers. Pour plus d’informations sur les initiatives montréalaises : http://semainemobilite.com

Thierry Nicolas, Tanguy Selo, Antoinette Schackis, Félix Gravel, Jean Rottner et Olivier Perrin

Thierry Nicolas, Tanguy Selo, Antoinette Schackis, Félix Gravel, Jean Rottner et Olivier Perrin

Faits saillants:

  • Maire de Mulhouse
  • Vice-président de l’Association des maires de grandes villes de France et co-président de la commission numérique à l’AMGVF ainsi qu’à l’AMF.
  • Président de la Fédération nationale des agences d’urbanisme (FNAU).
  • Président de l’Agence d’urbanisme de la région mulhousienne
  • Vice-Président du Conseil Régional d’Alsace Champagne-Ardenne Lorraine.

Le résumé et la vidéo de l’événement présentant la Ville de Mulhouse comme une Ville Européenne des Intelligences :

http://www.cremtl.qc.ca/resume-conference-jean-rottner-maire-mulhouse

 

Les photos :

https://www.flickr.com/photos/cremontreal/sets/72157667741115425

Dans la continuité de son développement international, l’Apm a ouvert son 1er club en Amérique du Nord le 10 Juillet 2014 pour sa séance constitutive avec Marc Halevy sur la Complexité. Montréal accueille en effet le 48ème club Apm hors de France, à l’initiative d’Olivier Perrin, son animateur.

Eric Filliol sur « Les nouvelles technologies d’espionnages », Renée Rivest sur la « Résilience », Olivier Crosetta sur « Le leadership dans l’incertitude : l’expérience des forces spéciales au service de l’entreprise » et Cyril Gély sur « L’art de s’exprimer sans préparation » ou Éric Julien sur « Voyage en Pays Kogi » sont les premiers experts Apm à être intervenus devant les dirigeants québécois.

Depuis d’autres experts internationaux tels que Nicolas Bouzou, Emmanuelle Duez ou François Héon sont intervenus.

La langue d’échange est le français, tous les adhérents sont francophones. Les adhérents sont dirigeants locaux, entrepreneurs français, installés de longue date et pour longtemps à l’étranger ou encore expatriés. Parfois pionniers, souvent aventuriers, ces dirigeants francophones, propriétaires ou salariés adhèrent tous aux valeurs de l’Apm.

A ce jour l’Apm est présente dans 21 pays : en Allemagne, en Angleterre, en Belgique, au Canada, en Chine, en Espagne, en Hongrie, à l’Ile Maurice, en Italie, au Luxembourg, au Maroc, à Monaco, en Pologne, au Portugal, en République Tchèque, en Roumanie, en Russie, à Singapour, en Suisse, en Thaïlande et en Turquie.

Pour plus d’informations : https://www.apm.fr/lapm-ouvre-un-club-a-montreal

APM CANADA créé et animé par Alsago de 2014 à 2016 – Experts APM intervenus :

–        10 juillet 2014 : Marc Halévy : Marc Halévy : « La Compléxité » 

–        12 septembre 2014 : Renée Rivest : Renée Rivest : « La résilience : l’Art de rebondir suite à l’épreuve » 

–        10 octobre 2014 : Cyril Gely : « Savoir improviser : L’Art de s’exprimer sans préparation » 

–        14 novembre 2014 : Olivier Crosetta : Olivier Crosetta : « Le leadership dans l’incertitude » 

–        18 décembre 2014 : Éric Filiol : Éric Filiol «Nouvelles techniques d’espionnage»

–        16 Janvier 2015 : Éric Carpentier : Éric Carpentier «Perception et influence. La magie au service de la communication et de la performance»

–        12 février 2015 : Vaiju Naravane : Vaiju Naravane interviendra : « Inde, entre espoirs et défis : quelques clés de compréhension » 

–        13 mars 2015 : Philippe Verhaeghe : «Comment atteindre un objectif d’entreprise grâce à la méthodologie créatrice»

–        17 avril 2015 : Éric Julien : «Voyage en pays Kogi» 

–        12 juin 2015 : Axel Boucher : «La détection de ma trace avec caméra»

–        10 Juillet 2015 : Gilles Charest : Gilles Charest : «La Gouvernance Sociocratique»

–        18 septembre 2015 : Thuan Trinh-Xuan : Thuan Trinh-Xuan : «la place de l’Homme dans l’Univers et sa représentation (Cosmologie)» 

– 16 Octobre 2015 : Convention Mondiale APM – Lille  / https://www.youtube.com/watch?v=XyWW5Ezq31A

–  20 Novembre 2015 : Pascal Perri : Pascal Perri : «Les promesses de l’économie de la simplicité »

– 17 Décembre 2015 : Mei Yi Zhu :  «La diaspora chinoise, un actif et puissant réseau d’affaires du monde»

– 15 Janvier 2016 : François Héon : «Développer le Yin et le Yang du Leadership pour les Individus et les Groupes»

– 19 Février 2016 : Nicolas Bouzou : «Comprendre les mutations de l’Économie»

– 18 Mars 2016 : Emmanuel Duez : «Monstres et Cie, ce que vous avez toujours voulu savoir sur la génération Y sans jamais oser le demander»

Actualités

 

 

Mission Média 4

                                                      Fiction – Long-métrage – Documentaire & Animation les 27, 28 et 29 Avril 2016

Après le succès des 4 premières missions Médias qui se sont déroulées pendant les mois d’Avril et Novembre 2014 et 2015, Unterval et Alsago, organisent la 5ème mission Média France-Canada à Montréal les 27, 28 et 29 Avril 2016 à l’Hôtel St-Sulpice à Montréal (Vieux-Port). Cette Mission qui a permis en 2014 et 2015 à plusieurs entreprises françaises et canadiennes de développer des projets communs ou de coproductions, cherche à créer un espace favorable et propice aux partenariats. Les rencontres d’affaires sous forme de rendez-vous B2B sont personnalisées pour chaque entreprise de la délégation constituée de sociétés de productions françaises spécialisées dans le secteur du Cinéma, long-métrage, fiction TV, documentaire, Animation et Transmédia.

Plusieurs partenaires québécois soutiennent cette initiative depuis sa création avec notamment le BCTQ (Bureau du Cinéma et de la Télévision du Québec), la SODEC (Société de développement des entreprises culturelles du Québec), le Fonds des Médias Canadiens, Bell Média, l’ONF ou Montréal International. De nouveaux partenariats ont été consolidés pour cette nouvelle mission, notamment avec Investissement Québec ou avec le CEIM pour l’organisation du Cocktail des coproducteurs québécois et français le mercredi 27 Avril à partir de 17h30. Pour les producteurs québécois souhaitant s’inscrire et assister à la présentation de leurs homologues français, veuillez vous inscrire ici :  Cocktail Mission Média 5 Coproducteurs France-Canada .
Le programme se compose de 3 jours de RDV individualisés avec des entreprises canadiennes choisies par les entreprises françaises, dont 1 journée de présentation globale du marché et du paysage audiovisuel canadien, des aides et subventions et accords de coproductions France-Canada !

Liste entreprises françaises participantes :

  • Ecomédia: Documentaires Animaux, Nature, Environnement, Découverte et Sciences
  • Cinergie Production: Documentaires, Docu-fictions, courts et long-métrages – Animation 3D
  • Noodles Production: Courts et long-métrages de premier et second films – Coproduction internationale
  • Little Big Story: Documentaires et internationaux, collections documentaires, digital, projets globaux
  • 5bis Production: Documentaires, magazines et films qui racontent le monde en mouvement
  • Colby Company: Reportages et émissions, Programmation. Domaine : humour, art, cinéma, musique
  • Simone & Raymond: Contenu TV : Documentaires, magazines, jeux, spectacles vivant
  • Bo Travail: Documentaires, magazine, émissions : culture du monde, explorations, histoire des peuples et nations
  • Cosmopolitis: Documentaires : animaux et nature, découverte et aventure, culture et histoire, société
  • Les Partenaires : Long-métrages anglais/français, coproduction
  • Découpages Production: Films, Documentaires, reportages sur la société et la découverte du monde
  • Imagissime (Groupe Lagardère) : Documentaires : histoire, sciences, culture, découverte, société
  • Poissons volants: Films documentaires et long-métrage cinéma et TV
  • Project Images: Séries et Films Long-métrages Fiction et Animation
  • Folivari : Séries et Films d’Animation
  • La Ruche Production : Courts et Long-métrages d’auteurs ou de genre comédie et suspense

 

Manifestation d’intérêt des entreprises canadiennes :
Les entreprises françaises dont la plupart collaborent avec TF1, France Télévision, ARTE ou Canal Plus (avec des documentaires, longs métrages, fictions dans ces spécialités : Auteur, Évasion, Nature, Environnement, Arts, Culture, Humour, Suspense…) ont effectué un choix d’entreprises canadiennes à rencontrer lors des rendez-vous B2B.

Cependant, si vous êtes un producteur canadien/québécois et que vous avez un intérêt à rencontrer une entreprise en particulier, n’hésitez pas à contacter Olivier Perrin (Gestion Organisation & Événement), Céline Martin (Gestion Rdvs B to B entre producteurs Québécois et Français) ou Lucille Heid (Coordination & Logistique) afin d’organiser une rencontre les jeudi 28 ou vendredi 29 Avril 2016.

À noter que les rendez-vous sont d’une durée d’environ 40/60 minutes.
Olivier Perrin – Co-organisateur – E-mail : [email protected] – Tel : 514-394-7851 – Poste 101

mars 2016

Emmanuelle Duez

 

Thème : Monstres et cie : ce que vous avez toujours voulu savoir sur la
Génération Y sans jamais oser le demander

Emmanuelle dépoussière avec bienveillance nos clichés générationnels
et fournit aux adhérents une perspective claire et détaillée
socio-managériale sur les transformations propres à l’entreprise,
miroir d’une société en perpétuel changement.

Son intervention est l’occasion de croiser des regards différents et
de créer un dialogue là où il ne s’immisce que trop peu tout en
générant une richesse mutuelle : pour la GenY, le chef d’entreprise et
l’entreprise elle-même

Nous avons abordé la Gouvernance Agile, qui permet de créer des info-structures en mode organique pour concilier rigueur et flexibilité, passé et futur. Puis, l’Intelligence Artificielle pour comprendre comment prédire le futur à partir de données complexes et hétérogènes.

Dans cette formule du succès de l’avenir, n’oublions pas l’Innovation Ouverte (Stratégie Océan Bleu), qui utilise l’intelligence collective et la créativité pour trouver des remèdes à des problèmes concernant tout autant les villes que les PME ou les grandes entreprises. Alsago a d’ailleurs construit son développement sur l’entraide et la cocréation avec ses partenaires et ses clients et applique depuis 2008 un processus de développement des entreprises innovantes en étapes progressives (Gouvernance Agile) complété par des approches transversales (Innovation Ouverte). Voir notre plateforme et le processus : www.plateformeinnovationouverte.com .

Déjà plusieurs cas de réussite de grands groupes ou PME en mode innovation ouverte ont été recensés au Québec : IREQ, IBM Bromont, Ericsson, ETS/Kinova, FP Innovation, STM/SAP (application Merci), Institut du Nouveau Monde ou le CHU Ste-Justine/Living Lab/Hacking Health…

Quelles sont les composantes de cette réussite ?  Le mot ‘’ouvert’’ suggère plusieurs dimensions :

–        la position idéalement égalitaire entre des partenaires différents annulant toute forme de hiérarchie,

–        l’humilité de chacun d’admettre ses faiblesses (manque de compétences ou de moyens financiers) pour favoriser la solidarité,

–        le partage autant des idées que des ressources, des résultats commerciaux ou de la propriété intellectuelle.

Voici quelques exemples de processus en Innovation Ouverte : résolution de problèmes sur plateforme partagée, communauté de bêta-testeurs pour tester des produits avant lancement, logiciel libre, concours d’idées (challenges d’innovations de grands groupes), programme de partenariat entre entrepreneurs et start-up, développement de l’intra-prenariat, spin-offs, entreprenariat social/sociétal…

Dans un monde qui fonctionne encore beaucoup en mode vertical ou en silos, il s’agit de développer la pensée latérale autant que la sérendipité, ainsi qu’une vision multipolaire plutôt qu’unipolaire.

L’équation de l’Innovation Ouverte pourrait se résumer à 4 éléments complémentaires dont une entreprise doit disposer :

–        des leaders ouverts (open leader – sciences du savoir-être)

–        des processus performants en innovation ouverte (open innovation)

–        des données ouvertes (open data)

–        des APIs ouvertes (open source) ou des plateformes d’idéation

 

Au Québec la table est mise : les villes intelligentes, les grappes, les grands groupes ont pour la plupart développé des bureaux des villes intelligentes, des incubateurs/accélérateurs ou lieux de coworking pour favoriser l’entreprenariat social et la participation citoyenne. Des évènements de calibre international ont lieu à Québec et Montréal autour de la créativité et de l’innovation collaborative pour mélanger les employés, les citoyens, scientifiques, dirigeants, développeurs informatiques, étudiants, utilisateurs, investisseurs… et pour dépasser les obstacles ensemble (Ex : Québec en Mode Solution, C2MTL, les 24 heures de l’Innovation de l’ETS, Je vois Montréal…). Des entreprises dans l’Innovation collaborative ou ouverte se sont développées dont bluenove, entreprise française qui a intégré la plateforme Alsago en 2011 pour son développement en Amérique du Nord et qui est devenue une référence autant en Europe qu’au Québec.

La volonté d’appréhender le processus qui conduit à la créativité tout autant que le résultat est devenu un enjeu afin de valoriser au mieux les gisements de données partagées par les gouvernements, villes, institutions publiques. La compréhension du modèle ou de la recette peut être commercialisée par la suite en vendant le fameux ‘’Savoir Devenir Ailleurs’’. Cela a engendré la création de Living Lab/tech lab ou fab lab, des laboratoires de créativité qui mélangent internationalisation, compétences transversales, processus innovants, technologies universelles ou modèles économiques gagnant-gagnant. Juste à Montréal, Technomontréal en recense de nombreux actuellement. Des institutions québécoises ont même fait de l’innovation ouverte leur modèle d’affaire en ajoutant la donnée du moyen/long-terme : le Criaq (Aérospatiale), Gardn (Aéronautique/développement durable) ou Medtech (Santé) en mélangeant grandes écoles (ETS, HEC Mosaic, Polytechnique…) avec les centres de recherche, intégrateurs, entreprises innovantes, leaders de l’industrie ou financeurs publics ou privés en s’inspirant d’un des pères de l’Innovation Ouverte, Henry Chesbrough de l’Université de Californie à Berkeley.

Pour la prospérité du Québec, les organisations de demain qui réussiront seront donc celles qui allieront : la gouvernance agile (Rigueur), l’innovation ouverte (Créativité) et l’intelligence artificielle (Anticipation) et développeront des compétences transversales chez leurs employés. Dans un monde où il faut dépasser sans cesse ses frontières et ses limites, l’ouverture aux autres ne devient plus un choix mais une nécessité. Elle permettra de construire son Leadership et conduire son réseau dans un cheminement structurant dans une approche éthique et philosophique de la société de demain.

février 2016

Nicolas Bouzou

Nicolas Bouzou est un économiste et essayiste français né en 1976. Il a fondé le cabinet de conseil Asterès en 2006 qu’il dirige depuis. Il a également créé le Cercle de Bélem qui rassemble des intellectuels européens libéraux et progressistes. Il est directeur d’études au sein du MBA Law & Management de l’Université de Paris II Assas. Il écrit régulièrement dans la presse française (Le Figaro, Les Echos, Le Monde) et dans la presse étrangère (Financial Times, Le Temps). Il a siégé au Conseil d’Analyse de la Société auprès du Premier Ministre (2010-2012). Il fait partie du groupe Keyser Söze dirigé par Jacques Attali. Nicolas Bouzou donne une centaine de conférences par an, en France et dans le reste de l’Europe.

Il a écrit de nombreux ouvrages dont Le grand refoulement : stop à la démission démocratique (Plon, 2015), Pourquoi la lucidité habite à l’étranger (JC Lattès, 2015), On Entend l’Arbre Tomber mais pas la Forêt Pousser (JC Lattès, 2013), La Politique de la Jeunesse (avec Luc Ferry, Odile Jacob, 2012). Il publiera en septembre 2016 Pour un progressisme conservateur chez Plon.

Séance APM Montréal : Comprendre les mutations de l’économie

– Réfléchir aux mutations en cours (économiques, démographiques, réglementaires, fiscales…).

– Avoir conscience des scénarios possibles pour l’avenir

– Les traduire en innovations possibles pour les entreprises.

 

Évènement au CRÉ Montréal en partenariat avec Alsago : 

 

Le transport Intelligent multimodal. Comment encourager l’intermodalité ?

Date : Jeudi, 03 mars 2016
Horaire : 9 h à 11 h
Lieu : Maison du développement durable, 50 rue Sainte-Catherine Ouest, salle Clark

Le transport à la demande permet aux usagers de choisir le meilleur mode de déplacement à chacun de leurs trajets. À pied, à vélo, en métro ou en auto, la possibilité de changer de mode de transport permet d’être plus mobile en s’affranchissant de la dépendance à l’automobile. Pour ce faire, les politiques publiques peuvent maintenant s’appuyer sur des avancées technologiques dont on n’entrevoit à peine les potentialités. La conférence abordera le sujet des

Comment encourager les « mobilistes », ces usagers qui se définissent par leur multimodalité, à travers les politiques publiques et les innovations technologiques ?

Exemples de solutions innovantes pour la multimodalité : Recherche d’itinéraires multimodaux ; Calculs d’accessibilités multimodales des transports ; Calcul de temps de parcours Origines/Destinations multiples ; Croisement des calculs d’itinéraires/accessibilités/etc. avec des données socio-économique ou d’autres données (trafic routier, qualité de l’air, etc.)

Parmi les panélistes :

Frédéric Schettini, a fondé en 2007 la société innovante MobiGIS (www.mobigis.fr) qui se positionne comme éditeur de logiciels et société de services spécialisée dans les SIG intervenant dans les domaines du transport et de la mobilité durable des personnes.
Diplômé d’un doctorant de l’Ecole Nationale Supérieure de l’Aéronautique et de l’Espace (SupAéro) et d’un diplôme d’Ingénieur de Ecole Nationale Supérieure de l’Electronique Electricité Informatique Hydraulique (ENSEEIHT) de Toulouse (France).
Dr Schettini a travaillé dans la cadre de différents projets ITS (gestion du trafic en milieu urbain et information usagers) en Europe, en Chine et aux Etats-Unis.
Il a notamment travaillé pendant plus de 6 ans dans le groupe ESRI, leader mondial des éditeurs de Système d’Information Géographique, en tant que responsable des activités transport et logistique en France et puis en responsable des développements de logiciels SIG Transport aux USA.

Interactions

Après avoir décodé la Gouvernance Agile, qui par son cheminement invite à structurer les données et les variables pour mieux anticiper le futur, l’intelligence artificielle ou intelligence analytique permet de prédire le futur grâce à la description des données.

Il existe 3 tendances principales pour générer l’information nécessaire pour prédire le futur :

–          les données fermées récoltées dans des tableaux avec de multiples variables permettant de décrire des processus sur de nombreux cas

–          les données ouvertes ou publiques (open data)

–          les données des médias sociaux tels que Twitter qui oblige les utilisateurs à simplifier/compacter leurs pensées en quelques mots

Avec ces méthodes, les résultats peuvent être extraordinaires jusqu’à 1% ou moins de marge d’erreur. Avec ces différentes données et un nombre de cas suffisants, la précision autant que la robustesse des prédictions deviennent crédibles surtout lorsqu’elles s’intéressent autant aux signaux faibles qu’aux signaux forts…..On démontre de plus en plus que les signaux faibles ou interactions imperceptibles sont déclencheurs de la globalité d’un phénomène.

Par exemple pour la prédiction avec des données structurées, l’approche la plus complète est holistique, du tout vers le moins qui mélange une approche systémique et une approche non-linéaire. Il est donc possible d’appréhender les ingrédients communs aux différents cas analysés tout en intégrant les spécificités de chacun! Nous ne sommes donc pas dans des systèmes binaires, vrai ou faux, qui opposent et n’incluent que 2 possibilités qui étaient liées à notre entendement. Pour comprendre la complexité, nous privilégions le ‘’Et’’ plutôt que le ‘’Ou’’ pour garder la complexité intrinsèquement plutôt que de la simplifier jusqu’à en perdre son essence, sa singularité et ses interactions.

Aussi, prenons quelques exemples concrets qui permettraient d’être utilisées de façon éthique et positive pour la prospérité du Québec :

–          Pour les entreprises, grandes ou PME : prédiction d’une recette de produits comportant les ingrédients et la formule idéale liés aux besoins du consommateur

–          Pour les villes intelligentes : prédiction des délits dans les villes (prévoir le comportement, le type d’agressions…et former les équipes d’intervention en conséquences), des valeurs d’un quartier et de leurs impacts sur les autres quartiers puis sur l’ensemble de la ville, des transactions immobilières entre un acheteur et un vendeur…autant de sujets smart city

–          Pour les hôpitaux : prédiction des maladies actuelles ou nouvelles pour prévenir plutôt que guérir (médecine personnalisée dont le but est de tenir compte des multiples interactions dans les gênes et environnements de chaque personne)

–          Pour les banques ou gouvernements : prédiction des comportements humains malveillants (fraudes financières, terrorisme…)

–          Pour les fonds d’investissements : prédiction des investissements dans des entreprises, des produits, des films

–          La Météo : prédiction du temps ou de phénomènes dangereux et imprévus (tornades, inondations, sécheresse…) ce qui est déjà le cas depuis de nombreuses années

–          Individus ou citoyens : pourront prédire avec des applications abordables par rapport à leurs rêves, projets de création d’entreprises ou visions du monde

Les plus grands groupes mondiaux ou Intégrateurs de type IBM avec Watson notamment collaborent sur comment industrialiser ce type de services et produits autour de l’intelligence artificiel pour en faire une solution b to b autant que b to c.

Comme l’industrie 3D, il existe aussi des dangers dans l’utilisation si ce type d’outils se retrouve en de mauvaises mains…Néanmoins, le défi de connaître l’inconnaissable et rendre visible l’invisible demeure l’enjeu majeur de notre société qui souhaite minimiser les risques et maximiser les chances de réussir!

Comme réflexion philosophique, nous pourrions nous interroger après avoir été souvent privé de l’appréciation de notre présent par l’emprise du passé, de nous retrouver dans la même situation par l’obsession de contrôler le futur! Autrement dit, allons-nous consacrer tout notre temps et énergie à neutraliser les concurrents et s’assurer de toujours avoir un temps d’avance? Existerait-il d’autres manières de gagner? Gagner avec les autres par exemple en préférant coopération à compétition…Justement, l’Innovation Ouverte tente de proposer une alternative liée à la pensée latérale, sujet du prochain article.

Interaction Healthcare 

Un des leader français en e-santé, serious gaming

juin 2017

Alsago est le premier Accélérateur/Intégrateur entre la France et le Canada, dans une approche globale de bout en bout.

Depuis 2008, Alsago Entrepreneurs a pu tester et faire progresser un cheminement qui permet de dépasser les obstacles par une culture du Leadership dans l’Incertitude et du Savoir Devenirl’Innovation Ouverte et la Gouvernance Agile se complémentent et qui mènera prochainement à une étape inévitable : l’Intelligence Artificielle pour en fonction de qui nous sommes en tant qu’entreprise innovante, prédire le parcours et l’environnement nécessaire….

La prochaine version Alsago Accélérateurs V5 début 2018 permettra à une dizaine d’entreprises européennes de bénéficier des avancées en terme de cheminement lié à la R&D et la Commercialisation, de technologies avancées en Gouvernance Agile et Innovation Ouverte pour mélanger développements matriciels et organiques, verticalité et transversalité, développement local et international dans un apprentissage profond et multidimensionnel, autant incrémental que nécessairement holistique.
Le processus en 4 étapes de la Sélection à l’Implantation en passant par l’Adaptation et l’Intégration permettent de combiner différents réseaux européens et nord-américains pour avancer avec des Centres de Recherche, Intégrateurs, Grands Groupes, Fonds d’Investissements ou Villes Intelligentes dans une Orchestration Globale où chacun sait avant ce qu’il doit faire dans un espace temps de 12 Mois idéalement.
Vision pour les entreprises innovantes candidates : www.plateformeinnovation.com
Pour en Savoir plus :

Appel à candidatures Grands Groupes Canadiens pour devenir Partenaires de la plateforme :

Pour en Savoir Plus : www.technomontreal.com/fr/actualites/nouvelles/alsagoaccelerateur

Enfin, Alsago offre des Services à la Carte pour les entreprises souhaitant des offres ponctuelles au Canada ou Europe :

  • Domiciliations,
  • Hébergement VIE,
  • Rachat d’Entreprises,
  • Commercialisation,
  • Accompagnement Stratégique,
  • Création d’Entreprises
  • R&D (Partenariats, Co-développement…)
  • Financements (Publiques, Privés…)
  • Stratégies Ecommerce et Opérations

Pour plus d’Informations : Alsago Entrepreneurs.com/services/pme-innovantes

juin 2016

2001218_la-chine-va-tester-un-bus-anti-bouchon-qui-chevauche-la-circulation-web-tete-021964830454

 

À Montréal, nous nous trouvons dans une situation particulière avec des conditions de plus en plus difficiles pour circuler :

–        Une île avec les fragilités que cela comporte notamment au niveau de l’accès avec les ponts qui eux-mêmes sont vétustes et en travaux régulièrement

–        Un taux d’immatriculation annuel très important multipliant le nombre de véhicules sur place

–        L’insuffisance de stations de métro pour couvrir l’étendue du territoire

–        Des travaux nombreux accentuant les problématiques de circulation

–        La neige en hiver qui peut paralyser également la ville en cas de fortes chutes

–        La lenteur des trains

–        La grandeur de l’île qui augmente le temps en bus pour aller d’un point à un autre

Hors, si Montréal veut devenir une capitale Smart City et continuer à se développer comme le souhaite le maire et le Bureau de la ville intelligente, elle devra apporter et combiner des solutions pour optimiser la circulation et décongestionner la ville afin d’attirer les investissements et permettre aux employeurs et employés locaux de pouvoir simplement se rendre à l’heure au travail, et ce tout en étant dans une vision de développement durable et de réduction des effets de la pollution.

Citons quelques solutions en émergence pour y parvenir :

–        Le transport multimodal avec des applications de géomatique pour les usagers : combiner plusieurs modes de transport au meilleur moment (voiture, vélo, à pied, train, métro, bus…) – les applications de Mobigis (www.mobigis.fr, entreprise européenne représentée par Alsago au Canada) permettent autant à des géomaticiens dans les agences de Transport (Montréal, Laval par exemple) qu’à des usagers citoyens de bénéficier de ces fonctionnalités.

–        Le covoiturage : d’une ville à l’autre ou pour une grande entreprise, fidéliser ses employés en développant des solutions de partage de véhicules

–        Les applications de stationnement : elles permettent de réduire le temps de recherche d’une place  mais aussi de pouvoir payer à distance. Les contraintes actuelles sont qu’elles ne fonctionnent pour l’instant que dans certains quartiers de la ville

–        Les espaces de « coworking « qui permettent à des travailleurs autonomes ou PME de louer un espace fonctionnel, flexible et potentiellement collaboratif tout en restant proche de chez eux

–        Les tiers-lieux : des tests en France et au Québec se font notamment avec des succursales bancaires pour utiliser une partie en mode « coworking » et permettre à des employés qui n’auraient pas le temps de rentrer au siège de leur entreprise au centre-ville par exemple d’avoir accès à un bureau tiers-lieux proche de chez eux ou de l’endroit de leur rendez-vous. Cela permet de rentabiliser des espaces vides dans les nombreuses succursales pour l’hébergeur et de réduire considérablement le temps de transport

–        Le non-transport ou le télétravail : des entreprises PME ont choisi de passer à 100% en télétravail et d’organiser des réunions d’équipe en louant des salles lorsque cela est nécessaire. D’autres grands groupes partagent le temps de leurs employés en leur accordant 1 ou 2 journées par semaine pour travailler directement de la maison surtout dans des domaines de la virtualisation ou en technologies de l’information.

–        La voiture électrique (Tesla) ou le taxi électrique (Téo Taxi à Montréal) : cela reste encore marginal et coûteux mais cela montre le chemin à suivre pour démocratiser le transport électrique

Et demain, la voiture électrique autonome? Google et différents constructeurs comme Renault-Nissan se préparent en vue d’offrir une voiture électrique et autonome à très bon marché. Néanmoins, cela ne remplacera pas l’espace nécessaire pour circuler mais cela permettrait à ces voitures de retourner se stationner à la maison ou en banlieue où des places seront disponibles. Mieux que cela, le temps de conduite deviendra un temps de travail, productivité ou loisir (lecture…) car la voiture conduira sans assistance. Enfin, en Chine, permettre à des bus anti-bouchon (straddling bus) de chevaucher la circulation va être une solution testée prochainement sous la forme d’un projet pilote!

En conclusion, nous le voyons bien et comme le mouvement Mobilité Montréal le définit, nous faisons tous partie de la solution : en tant qu’individu/citoyen, entreprise citoyenne, agences de transport en mettant en place des applications web pour calculer le meilleur mode de transport au meilleur moment et aussi en tant que villes avec des applications de stationnement. Cela passera de plus par des infrastructures en développement, en accroissant le nombre de lignes de métro, de wagons avec confort nécessaire (places, climatisation…) afin d’inciter de plus en plus de citoyens à quitter leur voiture pour privilégier le transport en commun dans une approche expérience-client.  C’est donc un ensemble de solutions qui permettra de gérer autrement le transport pour ne plus handicaper mais au contraire favoriser le développement de la ville, de son écosystème public-privé, et attirer les investisseurs étrangers. Pour plus d’informations sur les initiatives montréalaises : http://semainemobilite.com

Thierry Nicolas, Tanguy Selo, Antoinette Schackis, Félix Gravel, Jean Rottner et Olivier Perrin

Thierry Nicolas, Tanguy Selo, Antoinette Schackis, Félix Gravel, Jean Rottner et Olivier Perrin

Faits saillants:

  • Maire de Mulhouse
  • Vice-président de l’Association des maires de grandes villes de France et co-président de la commission numérique à l’AMGVF ainsi qu’à l’AMF.
  • Président de la Fédération nationale des agences d’urbanisme (FNAU).
  • Président de l’Agence d’urbanisme de la région mulhousienne
  • Vice-Président du Conseil Régional d’Alsace Champagne-Ardenne Lorraine.

Le résumé et la vidéo de l’événement présentant la Ville de Mulhouse comme une Ville Européenne des Intelligences :

http://www.cremtl.qc.ca/resume-conference-jean-rottner-maire-mulhouse

 

Les photos :

https://www.flickr.com/photos/cremontreal/sets/72157667741115425

Dans la continuité de son développement international, l’Apm a ouvert son 1er club en Amérique du Nord le 10 Juillet 2014 pour sa séance constitutive avec Marc Halevy sur la Complexité. Montréal accueille en effet le 48ème club Apm hors de France, à l’initiative d’Olivier Perrin, son animateur.

Eric Filliol sur « Les nouvelles technologies d’espionnages », Renée Rivest sur la « Résilience », Olivier Crosetta sur « Le leadership dans l’incertitude : l’expérience des forces spéciales au service de l’entreprise » et Cyril Gély sur « L’art de s’exprimer sans préparation » ou Éric Julien sur « Voyage en Pays Kogi » sont les premiers experts Apm à être intervenus devant les dirigeants québécois.

Depuis d’autres experts internationaux tels que Nicolas Bouzou, Emmanuelle Duez ou François Héon sont intervenus.

La langue d’échange est le français, tous les adhérents sont francophones. Les adhérents sont dirigeants locaux, entrepreneurs français, installés de longue date et pour longtemps à l’étranger ou encore expatriés. Parfois pionniers, souvent aventuriers, ces dirigeants francophones, propriétaires ou salariés adhèrent tous aux valeurs de l’Apm.

A ce jour l’Apm est présente dans 21 pays : en Allemagne, en Angleterre, en Belgique, au Canada, en Chine, en Espagne, en Hongrie, à l’Ile Maurice, en Italie, au Luxembourg, au Maroc, à Monaco, en Pologne, au Portugal, en République Tchèque, en Roumanie, en Russie, à Singapour, en Suisse, en Thaïlande et en Turquie.

Pour plus d’informations : https://www.apm.fr/lapm-ouvre-un-club-a-montreal

APM CANADA créé et animé par Alsago de 2014 à 2016 – Experts APM intervenus :

–        10 juillet 2014 : Marc Halévy : Marc Halévy : « La Compléxité » 

–        12 septembre 2014 : Renée Rivest : Renée Rivest : « La résilience : l’Art de rebondir suite à l’épreuve » 

–        10 octobre 2014 : Cyril Gely : « Savoir improviser : L’Art de s’exprimer sans préparation » 

–        14 novembre 2014 : Olivier Crosetta : Olivier Crosetta : « Le leadership dans l’incertitude » 

–        18 décembre 2014 : Éric Filiol : Éric Filiol «Nouvelles techniques d’espionnage»

–        16 Janvier 2015 : Éric Carpentier : Éric Carpentier «Perception et influence. La magie au service de la communication et de la performance»

–        12 février 2015 : Vaiju Naravane : Vaiju Naravane interviendra : « Inde, entre espoirs et défis : quelques clés de compréhension » 

–        13 mars 2015 : Philippe Verhaeghe : «Comment atteindre un objectif d’entreprise grâce à la méthodologie créatrice»

–        17 avril 2015 : Éric Julien : «Voyage en pays Kogi» 

–        12 juin 2015 : Axel Boucher : «La détection de ma trace avec caméra»

–        10 Juillet 2015 : Gilles Charest : Gilles Charest : «La Gouvernance Sociocratique»

–        18 septembre 2015 : Thuan Trinh-Xuan : Thuan Trinh-Xuan : «la place de l’Homme dans l’Univers et sa représentation (Cosmologie)» 

– 16 Octobre 2015 : Convention Mondiale APM – Lille  / https://www.youtube.com/watch?v=XyWW5Ezq31A

–  20 Novembre 2015 : Pascal Perri : Pascal Perri : «Les promesses de l’économie de la simplicité »

– 17 Décembre 2015 : Mei Yi Zhu :  «La diaspora chinoise, un actif et puissant réseau d’affaires du monde»

– 15 Janvier 2016 : François Héon : «Développer le Yin et le Yang du Leadership pour les Individus et les Groupes»

– 19 Février 2016 : Nicolas Bouzou : «Comprendre les mutations de l’Économie»

– 18 Mars 2016 : Emmanuel Duez : «Monstres et Cie, ce que vous avez toujours voulu savoir sur la génération Y sans jamais oser le demander»

Actualités

 

 

Mission Média 4

                                                      Fiction – Long-métrage – Documentaire & Animation les 27, 28 et 29 Avril 2016

Après le succès des 4 premières missions Médias qui se sont déroulées pendant les mois d’Avril et Novembre 2014 et 2015, Unterval et Alsago, organisent la 5ème mission Média France-Canada à Montréal les 27, 28 et 29 Avril 2016 à l’Hôtel St-Sulpice à Montréal (Vieux-Port). Cette Mission qui a permis en 2014 et 2015 à plusieurs entreprises françaises et canadiennes de développer des projets communs ou de coproductions, cherche à créer un espace favorable et propice aux partenariats. Les rencontres d’affaires sous forme de rendez-vous B2B sont personnalisées pour chaque entreprise de la délégation constituée de sociétés de productions françaises spécialisées dans le secteur du Cinéma, long-métrage, fiction TV, documentaire, Animation et Transmédia.

Plusieurs partenaires québécois soutiennent cette initiative depuis sa création avec notamment le BCTQ (Bureau du Cinéma et de la Télévision du Québec), la SODEC (Société de développement des entreprises culturelles du Québec), le Fonds des Médias Canadiens, Bell Média, l’ONF ou Montréal International. De nouveaux partenariats ont été consolidés pour cette nouvelle mission, notamment avec Investissement Québec ou avec le CEIM pour l’organisation du Cocktail des coproducteurs québécois et français le mercredi 27 Avril à partir de 17h30. Pour les producteurs québécois souhaitant s’inscrire et assister à la présentation de leurs homologues français, veuillez vous inscrire ici :  Cocktail Mission Média 5 Coproducteurs France-Canada .
Le programme se compose de 3 jours de RDV individualisés avec des entreprises canadiennes choisies par les entreprises françaises, dont 1 journée de présentation globale du marché et du paysage audiovisuel canadien, des aides et subventions et accords de coproductions France-Canada !

Liste entreprises françaises participantes :

  • Ecomédia: Documentaires Animaux, Nature, Environnement, Découverte et Sciences
  • Cinergie Production: Documentaires, Docu-fictions, courts et long-métrages – Animation 3D
  • Noodles Production: Courts et long-métrages de premier et second films – Coproduction internationale
  • Little Big Story: Documentaires et internationaux, collections documentaires, digital, projets globaux
  • 5bis Production: Documentaires, magazines et films qui racontent le monde en mouvement
  • Colby Company: Reportages et émissions, Programmation. Domaine : humour, art, cinéma, musique
  • Simone & Raymond: Contenu TV : Documentaires, magazines, jeux, spectacles vivant
  • Bo Travail: Documentaires, magazine, émissions : culture du monde, explorations, histoire des peuples et nations
  • Cosmopolitis: Documentaires : animaux et nature, découverte et aventure, culture et histoire, société
  • Les Partenaires : Long-métrages anglais/français, coproduction
  • Découpages Production: Films, Documentaires, reportages sur la société et la découverte du monde
  • Imagissime (Groupe Lagardère) : Documentaires : histoire, sciences, culture, découverte, société
  • Poissons volants: Films documentaires et long-métrage cinéma et TV
  • Project Images: Séries et Films Long-métrages Fiction et Animation
  • Folivari : Séries et Films d’Animation
  • La Ruche Production : Courts et Long-métrages d’auteurs ou de genre comédie et suspense

 

Manifestation d’intérêt des entreprises canadiennes :
Les entreprises françaises dont la plupart collaborent avec TF1, France Télévision, ARTE ou Canal Plus (avec des documentaires, longs métrages, fictions dans ces spécialités : Auteur, Évasion, Nature, Environnement, Arts, Culture, Humour, Suspense…) ont effectué un choix d’entreprises canadiennes à rencontrer lors des rendez-vous B2B.

Cependant, si vous êtes un producteur canadien/québécois et que vous avez un intérêt à rencontrer une entreprise en particulier, n’hésitez pas à contacter Olivier Perrin (Gestion Organisation & Événement), Céline Martin (Gestion Rdvs B to B entre producteurs Québécois et Français) ou Lucille Heid (Coordination & Logistique) afin d’organiser une rencontre les jeudi 28 ou vendredi 29 Avril 2016.

À noter que les rendez-vous sont d’une durée d’environ 40/60 minutes.
Olivier Perrin – Co-organisateur – E-mail : [email protected] – Tel : 514-394-7851 – Poste 101

mars 2016

Emmanuelle Duez

 

Thème : Monstres et cie : ce que vous avez toujours voulu savoir sur la
Génération Y sans jamais oser le demander

Emmanuelle dépoussière avec bienveillance nos clichés générationnels
et fournit aux adhérents une perspective claire et détaillée
socio-managériale sur les transformations propres à l’entreprise,
miroir d’une société en perpétuel changement.

Son intervention est l’occasion de croiser des regards différents et
de créer un dialogue là où il ne s’immisce que trop peu tout en
générant une richesse mutuelle : pour la GenY, le chef d’entreprise et
l’entreprise elle-même

Nous avons abordé la Gouvernance Agile, qui permet de créer des info-structures en mode organique pour concilier rigueur et flexibilité, passé et futur. Puis, l’Intelligence Artificielle pour comprendre comment prédire le futur à partir de données complexes et hétérogènes.

Dans cette formule du succès de l’avenir, n’oublions pas l’Innovation Ouverte (Stratégie Océan Bleu), qui utilise l’intelligence collective et la créativité pour trouver des remèdes à des problèmes concernant tout autant les villes que les PME ou les grandes entreprises. Alsago a d’ailleurs construit son développement sur l’entraide et la cocréation avec ses partenaires et ses clients et applique depuis 2008 un processus de développement des entreprises innovantes en étapes progressives (Gouvernance Agile) complété par des approches transversales (Innovation Ouverte). Voir notre plateforme et le processus : www.plateformeinnovationouverte.com .

Déjà plusieurs cas de réussite de grands groupes ou PME en mode innovation ouverte ont été recensés au Québec : IREQ, IBM Bromont, Ericsson, ETS/Kinova, FP Innovation, STM/SAP (application Merci), Institut du Nouveau Monde ou le CHU Ste-Justine/Living Lab/Hacking Health…

Quelles sont les composantes de cette réussite ?  Le mot ‘’ouvert’’ suggère plusieurs dimensions :

–        la position idéalement égalitaire entre des partenaires différents annulant toute forme de hiérarchie,

–        l’humilité de chacun d’admettre ses faiblesses (manque de compétences ou de moyens financiers) pour favoriser la solidarité,

–        le partage autant des idées que des ressources, des résultats commerciaux ou de la propriété intellectuelle.

Voici quelques exemples de processus en Innovation Ouverte : résolution de problèmes sur plateforme partagée, communauté de bêta-testeurs pour tester des produits avant lancement, logiciel libre, concours d’idées (challenges d’innovations de grands groupes), programme de partenariat entre entrepreneurs et start-up, développement de l’intra-prenariat, spin-offs, entreprenariat social/sociétal…

Dans un monde qui fonctionne encore beaucoup en mode vertical ou en silos, il s’agit de développer la pensée latérale autant que la sérendipité, ainsi qu’une vision multipolaire plutôt qu’unipolaire.

L’équation de l’Innovation Ouverte pourrait se résumer à 4 éléments complémentaires dont une entreprise doit disposer :

–        des leaders ouverts (open leader – sciences du savoir-être)

–        des processus performants en innovation ouverte (open innovation)

–        des données ouvertes (open data)

–        des APIs ouvertes (open source) ou des plateformes d’idéation

 

Au Québec la table est mise : les villes intelligentes, les grappes, les grands groupes ont pour la plupart développé des bureaux des villes intelligentes, des incubateurs/accélérateurs ou lieux de coworking pour favoriser l’entreprenariat social et la participation citoyenne. Des évènements de calibre international ont lieu à Québec et Montréal autour de la créativité et de l’innovation collaborative pour mélanger les employés, les citoyens, scientifiques, dirigeants, développeurs informatiques, étudiants, utilisateurs, investisseurs… et pour dépasser les obstacles ensemble (Ex : Québec en Mode Solution, C2MTL, les 24 heures de l’Innovation de l’ETS, Je vois Montréal…). Des entreprises dans l’Innovation collaborative ou ouverte se sont développées dont bluenove, entreprise française qui a intégré la plateforme Alsago en 2011 pour son développement en Amérique du Nord et qui est devenue une référence autant en Europe qu’au Québec.

La volonté d’appréhender le processus qui conduit à la créativité tout autant que le résultat est devenu un enjeu afin de valoriser au mieux les gisements de données partagées par les gouvernements, villes, institutions publiques. La compréhension du modèle ou de la recette peut être commercialisée par la suite en vendant le fameux ‘’Savoir Devenir Ailleurs’’. Cela a engendré la création de Living Lab/tech lab ou fab lab, des laboratoires de créativité qui mélangent internationalisation, compétences transversales, processus innovants, technologies universelles ou modèles économiques gagnant-gagnant. Juste à Montréal, Technomontréal en recense de nombreux actuellement. Des institutions québécoises ont même fait de l’innovation ouverte leur modèle d’affaire en ajoutant la donnée du moyen/long-terme : le Criaq (Aérospatiale), Gardn (Aéronautique/développement durable) ou Medtech (Santé) en mélangeant grandes écoles (ETS, HEC Mosaic, Polytechnique…) avec les centres de recherche, intégrateurs, entreprises innovantes, leaders de l’industrie ou financeurs publics ou privés en s’inspirant d’un des pères de l’Innovation Ouverte, Henry Chesbrough de l’Université de Californie à Berkeley.

Pour la prospérité du Québec, les organisations de demain qui réussiront seront donc celles qui allieront : la gouvernance agile (Rigueur), l’innovation ouverte (Créativité) et l’intelligence artificielle (Anticipation) et développeront des compétences transversales chez leurs employés. Dans un monde où il faut dépasser sans cesse ses frontières et ses limites, l’ouverture aux autres ne devient plus un choix mais une nécessité. Elle permettra de construire son Leadership et conduire son réseau dans un cheminement structurant dans une approche éthique et philosophique de la société de demain.

février 2016

Nicolas Bouzou

Nicolas Bouzou est un économiste et essayiste français né en 1976. Il a fondé le cabinet de conseil Asterès en 2006 qu’il dirige depuis. Il a également créé le Cercle de Bélem qui rassemble des intellectuels européens libéraux et progressistes. Il est directeur d’études au sein du MBA Law & Management de l’Université de Paris II Assas. Il écrit régulièrement dans la presse française (Le Figaro, Les Echos, Le Monde) et dans la presse étrangère (Financial Times, Le Temps). Il a siégé au Conseil d’Analyse de la Société auprès du Premier Ministre (2010-2012). Il fait partie du groupe Keyser Söze dirigé par Jacques Attali. Nicolas Bouzou donne une centaine de conférences par an, en France et dans le reste de l’Europe.

Il a écrit de nombreux ouvrages dont Le grand refoulement : stop à la démission démocratique (Plon, 2015), Pourquoi la lucidité habite à l’étranger (JC Lattès, 2015), On Entend l’Arbre Tomber mais pas la Forêt Pousser (JC Lattès, 2013), La Politique de la Jeunesse (avec Luc Ferry, Odile Jacob, 2012). Il publiera en septembre 2016 Pour un progressisme conservateur chez Plon.

Séance APM Montréal : Comprendre les mutations de l’économie

– Réfléchir aux mutations en cours (économiques, démographiques, réglementaires, fiscales…).

– Avoir conscience des scénarios possibles pour l’avenir

– Les traduire en innovations possibles pour les entreprises.

 

Évènement au CRÉ Montréal en partenariat avec Alsago : 

 

Le transport Intelligent multimodal. Comment encourager l’intermodalité ?

Date : Jeudi, 03 mars 2016
Horaire : 9 h à 11 h
Lieu : Maison du développement durable, 50 rue Sainte-Catherine Ouest, salle Clark

Le transport à la demande permet aux usagers de choisir le meilleur mode de déplacement à chacun de leurs trajets. À pied, à vélo, en métro ou en auto, la possibilité de changer de mode de transport permet d’être plus mobile en s’affranchissant de la dépendance à l’automobile. Pour ce faire, les politiques publiques peuvent maintenant s’appuyer sur des avancées technologiques dont on n’entrevoit à peine les potentialités. La conférence abordera le sujet des

Comment encourager les « mobilistes », ces usagers qui se définissent par leur multimodalité, à travers les politiques publiques et les innovations technologiques ?

Exemples de solutions innovantes pour la multimodalité : Recherche d’itinéraires multimodaux ; Calculs d’accessibilités multimodales des transports ; Calcul de temps de parcours Origines/Destinations multiples ; Croisement des calculs d’itinéraires/accessibilités/etc. avec des données socio-économique ou d’autres données (trafic routier, qualité de l’air, etc.)

Parmi les panélistes :

Frédéric Schettini, a fondé en 2007 la société innovante MobiGIS (www.mobigis.fr) qui se positionne comme éditeur de logiciels et société de services spécialisée dans les SIG intervenant dans les domaines du transport et de la mobilité durable des personnes.
Diplômé d’un doctorant de l’Ecole Nationale Supérieure de l’Aéronautique et de l’Espace (SupAéro) et d’un diplôme d’Ingénieur de Ecole Nationale Supérieure de l’Electronique Electricité Informatique Hydraulique (ENSEEIHT) de Toulouse (France).
Dr Schettini a travaillé dans la cadre de différents projets ITS (gestion du trafic en milieu urbain et information usagers) en Europe, en Chine et aux Etats-Unis.
Il a notamment travaillé pendant plus de 6 ans dans le groupe ESRI, leader mondial des éditeurs de Système d’Information Géographique, en tant que responsable des activités transport et logistique en France et puis en responsable des développements de logiciels SIG Transport aux USA.

Interactions

Après avoir décodé la Gouvernance Agile, qui par son cheminement invite à structurer les données et les variables pour mieux anticiper le futur, l’intelligence artificielle ou intelligence analytique permet de prédire le futur grâce à la description des données.

Il existe 3 tendances principales pour générer l’information nécessaire pour prédire le futur :

–          les données fermées récoltées dans des tableaux avec de multiples variables permettant de décrire des processus sur de nombreux cas

–          les données ouvertes ou publiques (open data)

–          les données des médias sociaux tels que Twitter qui oblige les utilisateurs à simplifier/compacter leurs pensées en quelques mots

Avec ces méthodes, les résultats peuvent être extraordinaires jusqu’à 1% ou moins de marge d’erreur. Avec ces différentes données et un nombre de cas suffisants, la précision autant que la robustesse des prédictions deviennent crédibles surtout lorsqu’elles s’intéressent autant aux signaux faibles qu’aux signaux forts…..On démontre de plus en plus que les signaux faibles ou interactions imperceptibles sont déclencheurs de la globalité d’un phénomène.

Par exemple pour la prédiction avec des données structurées, l’approche la plus complète est holistique, du tout vers le moins qui mélange une approche systémique et une approche non-linéaire. Il est donc possible d’appréhender les ingrédients communs aux différents cas analysés tout en intégrant les spécificités de chacun! Nous ne sommes donc pas dans des systèmes binaires, vrai ou faux, qui opposent et n’incluent que 2 possibilités qui étaient liées à notre entendement. Pour comprendre la complexité, nous privilégions le ‘’Et’’ plutôt que le ‘’Ou’’ pour garder la complexité intrinsèquement plutôt que de la simplifier jusqu’à en perdre son essence, sa singularité et ses interactions.

Aussi, prenons quelques exemples concrets qui permettraient d’être utilisées de façon éthique et positive pour la prospérité du Québec :

–          Pour les entreprises, grandes ou PME : prédiction d’une recette de produits comportant les ingrédients et la formule idéale liés aux besoins du consommateur

–          Pour les villes intelligentes : prédiction des délits dans les villes (prévoir le comportement, le type d’agressions…et former les équipes d’intervention en conséquences), des valeurs d’un quartier et de leurs impacts sur les autres quartiers puis sur l’ensemble de la ville, des transactions immobilières entre un acheteur et un vendeur…autant de sujets smart city

–          Pour les hôpitaux : prédiction des maladies actuelles ou nouvelles pour prévenir plutôt que guérir (médecine personnalisée dont le but est de tenir compte des multiples interactions dans les gênes et environnements de chaque personne)

–          Pour les banques ou gouvernements : prédiction des comportements humains malveillants (fraudes financières, terrorisme…)

–          Pour les fonds d’investissements : prédiction des investissements dans des entreprises, des produits, des films

–          La Météo : prédiction du temps ou de phénomènes dangereux et imprévus (tornades, inondations, sécheresse…) ce qui est déjà le cas depuis de nombreuses années

–          Individus ou citoyens : pourront prédire avec des applications abordables par rapport à leurs rêves, projets de création d’entreprises ou visions du monde

Les plus grands groupes mondiaux ou Intégrateurs de type IBM avec Watson notamment collaborent sur comment industrialiser ce type de services et produits autour de l’intelligence artificiel pour en faire une solution b to b autant que b to c.

Comme l’industrie 3D, il existe aussi des dangers dans l’utilisation si ce type d’outils se retrouve en de mauvaises mains…Néanmoins, le défi de connaître l’inconnaissable et rendre visible l’invisible demeure l’enjeu majeur de notre société qui souhaite minimiser les risques et maximiser les chances de réussir!

Comme réflexion philosophique, nous pourrions nous interroger après avoir été souvent privé de l’appréciation de notre présent par l’emprise du passé, de nous retrouver dans la même situation par l’obsession de contrôler le futur! Autrement dit, allons-nous consacrer tout notre temps et énergie à neutraliser les concurrents et s’assurer de toujours avoir un temps d’avance? Existerait-il d’autres manières de gagner? Gagner avec les autres par exemple en préférant coopération à compétition…Justement, l’Innovation Ouverte tente de proposer une alternative liée à la pensée latérale, sujet du prochain article.

Pertech

Leader français en Eyetracking

juin 2017

Alsago est le premier Accélérateur/Intégrateur entre la France et le Canada, dans une approche globale de bout en bout.

Depuis 2008, Alsago Entrepreneurs a pu tester et faire progresser un cheminement qui permet de dépasser les obstacles par une culture du Leadership dans l’Incertitude et du Savoir Devenirl’Innovation Ouverte et la Gouvernance Agile se complémentent et qui mènera prochainement à une étape inévitable : l’Intelligence Artificielle pour en fonction de qui nous sommes en tant qu’entreprise innovante, prédire le parcours et l’environnement nécessaire….

La prochaine version Alsago Accélérateurs V5 début 2018 permettra à une dizaine d’entreprises européennes de bénéficier des avancées en terme de cheminement lié à la R&D et la Commercialisation, de technologies avancées en Gouvernance Agile et Innovation Ouverte pour mélanger développements matriciels et organiques, verticalité et transversalité, développement local et international dans un apprentissage profond et multidimensionnel, autant incrémental que nécessairement holistique.
Le processus en 4 étapes de la Sélection à l’Implantation en passant par l’Adaptation et l’Intégration permettent de combiner différents réseaux européens et nord-américains pour avancer avec des Centres de Recherche, Intégrateurs, Grands Groupes, Fonds d’Investissements ou Villes Intelligentes dans une Orchestration Globale où chacun sait avant ce qu’il doit faire dans un espace temps de 12 Mois idéalement.
Vision pour les entreprises innovantes candidates : www.plateformeinnovation.com
Pour en Savoir plus :

Appel à candidatures Grands Groupes Canadiens pour devenir Partenaires de la plateforme :

Pour en Savoir Plus : www.technomontreal.com/fr/actualites/nouvelles/alsagoaccelerateur

Enfin, Alsago offre des Services à la Carte pour les entreprises souhaitant des offres ponctuelles au Canada ou Europe :

  • Domiciliations,
  • Hébergement VIE,
  • Rachat d’Entreprises,
  • Commercialisation,
  • Accompagnement Stratégique,
  • Création d’Entreprises
  • R&D (Partenariats, Co-développement…)
  • Financements (Publiques, Privés…)
  • Stratégies Ecommerce et Opérations

Pour plus d’Informations : Alsago Entrepreneurs.com/services/pme-innovantes

juin 2016

2001218_la-chine-va-tester-un-bus-anti-bouchon-qui-chevauche-la-circulation-web-tete-021964830454

 

À Montréal, nous nous trouvons dans une situation particulière avec des conditions de plus en plus difficiles pour circuler :

–        Une île avec les fragilités que cela comporte notamment au niveau de l’accès avec les ponts qui eux-mêmes sont vétustes et en travaux régulièrement

–        Un taux d’immatriculation annuel très important multipliant le nombre de véhicules sur place

–        L’insuffisance de stations de métro pour couvrir l’étendue du territoire

–        Des travaux nombreux accentuant les problématiques de circulation

–        La neige en hiver qui peut paralyser également la ville en cas de fortes chutes

–        La lenteur des trains

–        La grandeur de l’île qui augmente le temps en bus pour aller d’un point à un autre

Hors, si Montréal veut devenir une capitale Smart City et continuer à se développer comme le souhaite le maire et le Bureau de la ville intelligente, elle devra apporter et combiner des solutions pour optimiser la circulation et décongestionner la ville afin d’attirer les investissements et permettre aux employeurs et employés locaux de pouvoir simplement se rendre à l’heure au travail, et ce tout en étant dans une vision de développement durable et de réduction des effets de la pollution.

Citons quelques solutions en émergence pour y parvenir :

–        Le transport multimodal avec des applications de géomatique pour les usagers : combiner plusieurs modes de transport au meilleur moment (voiture, vélo, à pied, train, métro, bus…) – les applications de Mobigis (www.mobigis.fr, entreprise européenne représentée par Alsago au Canada) permettent autant à des géomaticiens dans les agences de Transport (Montréal, Laval par exemple) qu’à des usagers citoyens de bénéficier de ces fonctionnalités.

–        Le covoiturage : d’une ville à l’autre ou pour une grande entreprise, fidéliser ses employés en développant des solutions de partage de véhicules

–        Les applications de stationnement : elles permettent de réduire le temps de recherche d’une place  mais aussi de pouvoir payer à distance. Les contraintes actuelles sont qu’elles ne fonctionnent pour l’instant que dans certains quartiers de la ville

–        Les espaces de « coworking « qui permettent à des travailleurs autonomes ou PME de louer un espace fonctionnel, flexible et potentiellement collaboratif tout en restant proche de chez eux

–        Les tiers-lieux : des tests en France et au Québec se font notamment avec des succursales bancaires pour utiliser une partie en mode « coworking » et permettre à des employés qui n’auraient pas le temps de rentrer au siège de leur entreprise au centre-ville par exemple d’avoir accès à un bureau tiers-lieux proche de chez eux ou de l’endroit de leur rendez-vous. Cela permet de rentabiliser des espaces vides dans les nombreuses succursales pour l’hébergeur et de réduire considérablement le temps de transport

–        Le non-transport ou le télétravail : des entreprises PME ont choisi de passer à 100% en télétravail et d’organiser des réunions d’équipe en louant des salles lorsque cela est nécessaire. D’autres grands groupes partagent le temps de leurs employés en leur accordant 1 ou 2 journées par semaine pour travailler directement de la maison surtout dans des domaines de la virtualisation ou en technologies de l’information.

–        La voiture électrique (Tesla) ou le taxi électrique (Téo Taxi à Montréal) : cela reste encore marginal et coûteux mais cela montre le chemin à suivre pour démocratiser le transport électrique

Et demain, la voiture électrique autonome? Google et différents constructeurs comme Renault-Nissan se préparent en vue d’offrir une voiture électrique et autonome à très bon marché. Néanmoins, cela ne remplacera pas l’espace nécessaire pour circuler mais cela permettrait à ces voitures de retourner se stationner à la maison ou en banlieue où des places seront disponibles. Mieux que cela, le temps de conduite deviendra un temps de travail, productivité ou loisir (lecture…) car la voiture conduira sans assistance. Enfin, en Chine, permettre à des bus anti-bouchon (straddling bus) de chevaucher la circulation va être une solution testée prochainement sous la forme d’un projet pilote!

En conclusion, nous le voyons bien et comme le mouvement Mobilité Montréal le définit, nous faisons tous partie de la solution : en tant qu’individu/citoyen, entreprise citoyenne, agences de transport en mettant en place des applications web pour calculer le meilleur mode de transport au meilleur moment et aussi en tant que villes avec des applications de stationnement. Cela passera de plus par des infrastructures en développement, en accroissant le nombre de lignes de métro, de wagons avec confort nécessaire (places, climatisation…) afin d’inciter de plus en plus de citoyens à quitter leur voiture pour privilégier le transport en commun dans une approche expérience-client.  C’est donc un ensemble de solutions qui permettra de gérer autrement le transport pour ne plus handicaper mais au contraire favoriser le développement de la ville, de son écosystème public-privé, et attirer les investisseurs étrangers. Pour plus d’informations sur les initiatives montréalaises : http://semainemobilite.com

Thierry Nicolas, Tanguy Selo, Antoinette Schackis, Félix Gravel, Jean Rottner et Olivier Perrin

Thierry Nicolas, Tanguy Selo, Antoinette Schackis, Félix Gravel, Jean Rottner et Olivier Perrin

Faits saillants:

  • Maire de Mulhouse
  • Vice-président de l’Association des maires de grandes villes de France et co-président de la commission numérique à l’AMGVF ainsi qu’à l’AMF.
  • Président de la Fédération nationale des agences d’urbanisme (FNAU).
  • Président de l’Agence d’urbanisme de la région mulhousienne
  • Vice-Président du Conseil Régional d’Alsace Champagne-Ardenne Lorraine.

Le résumé et la vidéo de l’événement présentant la Ville de Mulhouse comme une Ville Européenne des Intelligences :

http://www.cremtl.qc.ca/resume-conference-jean-rottner-maire-mulhouse

 

Les photos :

https://www.flickr.com/photos/cremontreal/sets/72157667741115425

Dans la continuité de son développement international, l’Apm a ouvert son 1er club en Amérique du Nord le 10 Juillet 2014 pour sa séance constitutive avec Marc Halevy sur la Complexité. Montréal accueille en effet le 48ème club Apm hors de France, à l’initiative d’Olivier Perrin, son animateur.

Eric Filliol sur « Les nouvelles technologies d’espionnages », Renée Rivest sur la « Résilience », Olivier Crosetta sur « Le leadership dans l’incertitude : l’expérience des forces spéciales au service de l’entreprise » et Cyril Gély sur « L’art de s’exprimer sans préparation » ou Éric Julien sur « Voyage en Pays Kogi » sont les premiers experts Apm à être intervenus devant les dirigeants québécois.

Depuis d’autres experts internationaux tels que Nicolas Bouzou, Emmanuelle Duez ou François Héon sont intervenus.

La langue d’échange est le français, tous les adhérents sont francophones. Les adhérents sont dirigeants locaux, entrepreneurs français, installés de longue date et pour longtemps à l’étranger ou encore expatriés. Parfois pionniers, souvent aventuriers, ces dirigeants francophones, propriétaires ou salariés adhèrent tous aux valeurs de l’Apm.

A ce jour l’Apm est présente dans 21 pays : en Allemagne, en Angleterre, en Belgique, au Canada, en Chine, en Espagne, en Hongrie, à l’Ile Maurice, en Italie, au Luxembourg, au Maroc, à Monaco, en Pologne, au Portugal, en République Tchèque, en Roumanie, en Russie, à Singapour, en Suisse, en Thaïlande et en Turquie.

Pour plus d’informations : https://www.apm.fr/lapm-ouvre-un-club-a-montreal

APM CANADA créé et animé par Alsago de 2014 à 2016 – Experts APM intervenus :

–        10 juillet 2014 : Marc Halévy : Marc Halévy : « La Compléxité » 

–        12 septembre 2014 : Renée Rivest : Renée Rivest : « La résilience : l’Art de rebondir suite à l’épreuve » 

–        10 octobre 2014 : Cyril Gely : « Savoir improviser : L’Art de s’exprimer sans préparation » 

–        14 novembre 2014 : Olivier Crosetta : Olivier Crosetta : « Le leadership dans l’incertitude » 

–        18 décembre 2014 : Éric Filiol : Éric Filiol «Nouvelles techniques d’espionnage»

–        16 Janvier 2015 : Éric Carpentier : Éric Carpentier «Perception et influence. La magie au service de la communication et de la performance»

–        12 février 2015 : Vaiju Naravane : Vaiju Naravane interviendra : « Inde, entre espoirs et défis : quelques clés de compréhension » 

–        13 mars 2015 : Philippe Verhaeghe : «Comment atteindre un objectif d’entreprise grâce à la méthodologie créatrice»

–        17 avril 2015 : Éric Julien : «Voyage en pays Kogi» 

–        12 juin 2015 : Axel Boucher : «La détection de ma trace avec caméra»

–        10 Juillet 2015 : Gilles Charest : Gilles Charest : «La Gouvernance Sociocratique»

–        18 septembre 2015 : Thuan Trinh-Xuan : Thuan Trinh-Xuan : «la place de l’Homme dans l’Univers et sa représentation (Cosmologie)» 

– 16 Octobre 2015 : Convention Mondiale APM – Lille  / https://www.youtube.com/watch?v=XyWW5Ezq31A

–  20 Novembre 2015 : Pascal Perri : Pascal Perri : «Les promesses de l’économie de la simplicité »

– 17 Décembre 2015 : Mei Yi Zhu :  «La diaspora chinoise, un actif et puissant réseau d’affaires du monde»

– 15 Janvier 2016 : François Héon : «Développer le Yin et le Yang du Leadership pour les Individus et les Groupes»

– 19 Février 2016 : Nicolas Bouzou : «Comprendre les mutations de l’Économie»

– 18 Mars 2016 : Emmanuel Duez : «Monstres et Cie, ce que vous avez toujours voulu savoir sur la génération Y sans jamais oser le demander»

Actualités

 

 

Mission Média 4

                                                      Fiction – Long-métrage – Documentaire & Animation les 27, 28 et 29 Avril 2016

Après le succès des 4 premières missions Médias qui se sont déroulées pendant les mois d’Avril et Novembre 2014 et 2015, Unterval et Alsago, organisent la 5ème mission Média France-Canada à Montréal les 27, 28 et 29 Avril 2016 à l’Hôtel St-Sulpice à Montréal (Vieux-Port). Cette Mission qui a permis en 2014 et 2015 à plusieurs entreprises françaises et canadiennes de développer des projets communs ou de coproductions, cherche à créer un espace favorable et propice aux partenariats. Les rencontres d’affaires sous forme de rendez-vous B2B sont personnalisées pour chaque entreprise de la délégation constituée de sociétés de productions françaises spécialisées dans le secteur du Cinéma, long-métrage, fiction TV, documentaire, Animation et Transmédia.

Plusieurs partenaires québécois soutiennent cette initiative depuis sa création avec notamment le BCTQ (Bureau du Cinéma et de la Télévision du Québec), la SODEC (Société de développement des entreprises culturelles du Québec), le Fonds des Médias Canadiens, Bell Média, l’ONF ou Montréal International. De nouveaux partenariats ont été consolidés pour cette nouvelle mission, notamment avec Investissement Québec ou avec le CEIM pour l’organisation du Cocktail des coproducteurs québécois et français le mercredi 27 Avril à partir de 17h30. Pour les producteurs québécois souhaitant s’inscrire et assister à la présentation de leurs homologues français, veuillez vous inscrire ici :  Cocktail Mission Média 5 Coproducteurs France-Canada .
Le programme se compose de 3 jours de RDV individualisés avec des entreprises canadiennes choisies par les entreprises françaises, dont 1 journée de présentation globale du marché et du paysage audiovisuel canadien, des aides et subventions et accords de coproductions France-Canada !

Liste entreprises françaises participantes :

  • Ecomédia: Documentaires Animaux, Nature, Environnement, Découverte et Sciences
  • Cinergie Production: Documentaires, Docu-fictions, courts et long-métrages – Animation 3D
  • Noodles Production: Courts et long-métrages de premier et second films – Coproduction internationale
  • Little Big Story: Documentaires et internationaux, collections documentaires, digital, projets globaux
  • 5bis Production: Documentaires, magazines et films qui racontent le monde en mouvement
  • Colby Company: Reportages et émissions, Programmation. Domaine : humour, art, cinéma, musique
  • Simone & Raymond: Contenu TV : Documentaires, magazines, jeux, spectacles vivant
  • Bo Travail: Documentaires, magazine, émissions : culture du monde, explorations, histoire des peuples et nations
  • Cosmopolitis: Documentaires : animaux et nature, découverte et aventure, culture et histoire, société
  • Les Partenaires : Long-métrages anglais/français, coproduction
  • Découpages Production: Films, Documentaires, reportages sur la société et la découverte du monde
  • Imagissime (Groupe Lagardère) : Documentaires : histoire, sciences, culture, découverte, société
  • Poissons volants: Films documentaires et long-métrage cinéma et TV
  • Project Images: Séries et Films Long-métrages Fiction et Animation
  • Folivari : Séries et Films d’Animation
  • La Ruche Production : Courts et Long-métrages d’auteurs ou de genre comédie et suspense

 

Manifestation d’intérêt des entreprises canadiennes :
Les entreprises françaises dont la plupart collaborent avec TF1, France Télévision, ARTE ou Canal Plus (avec des documentaires, longs métrages, fictions dans ces spécialités : Auteur, Évasion, Nature, Environnement, Arts, Culture, Humour, Suspense…) ont effectué un choix d’entreprises canadiennes à rencontrer lors des rendez-vous B2B.

Cependant, si vous êtes un producteur canadien/québécois et que vous avez un intérêt à rencontrer une entreprise en particulier, n’hésitez pas à contacter Olivier Perrin (Gestion Organisation & Événement), Céline Martin (Gestion Rdvs B to B entre producteurs Québécois et Français) ou Lucille Heid (Coordination & Logistique) afin d’organiser une rencontre les jeudi 28 ou vendredi 29 Avril 2016.

À noter que les rendez-vous sont d’une durée d’environ 40/60 minutes.
Olivier Perrin – Co-organisateur – E-mail : [email protected] – Tel : 514-394-7851 – Poste 101

mars 2016

Emmanuelle Duez

 

Thème : Monstres et cie : ce que vous avez toujours voulu savoir sur la
Génération Y sans jamais oser le demander

Emmanuelle dépoussière avec bienveillance nos clichés générationnels
et fournit aux adhérents une perspective claire et détaillée
socio-managériale sur les transformations propres à l’entreprise,
miroir d’une société en perpétuel changement.

Son intervention est l’occasion de croiser des regards différents et
de créer un dialogue là où il ne s’immisce que trop peu tout en
générant une richesse mutuelle : pour la GenY, le chef d’entreprise et
l’entreprise elle-même

Nous avons abordé la Gouvernance Agile, qui permet de créer des info-structures en mode organique pour concilier rigueur et flexibilité, passé et futur. Puis, l’Intelligence Artificielle pour comprendre comment prédire le futur à partir de données complexes et hétérogènes.

Dans cette formule du succès de l’avenir, n’oublions pas l’Innovation Ouverte (Stratégie Océan Bleu), qui utilise l’intelligence collective et la créativité pour trouver des remèdes à des problèmes concernant tout autant les villes que les PME ou les grandes entreprises. Alsago a d’ailleurs construit son développement sur l’entraide et la cocréation avec ses partenaires et ses clients et applique depuis 2008 un processus de développement des entreprises innovantes en étapes progressives (Gouvernance Agile) complété par des approches transversales (Innovation Ouverte). Voir notre plateforme et le processus : www.plateformeinnovationouverte.com .

Déjà plusieurs cas de réussite de grands groupes ou PME en mode innovation ouverte ont été recensés au Québec : IREQ, IBM Bromont, Ericsson, ETS/Kinova, FP Innovation, STM/SAP (application Merci), Institut du Nouveau Monde ou le CHU Ste-Justine/Living Lab/Hacking Health…

Quelles sont les composantes de cette réussite ?  Le mot ‘’ouvert’’ suggère plusieurs dimensions :

–        la position idéalement égalitaire entre des partenaires différents annulant toute forme de hiérarchie,

–        l’humilité de chacun d’admettre ses faiblesses (manque de compétences ou de moyens financiers) pour favoriser la solidarité,

–        le partage autant des idées que des ressources, des résultats commerciaux ou de la propriété intellectuelle.

Voici quelques exemples de processus en Innovation Ouverte : résolution de problèmes sur plateforme partagée, communauté de bêta-testeurs pour tester des produits avant lancement, logiciel libre, concours d’idées (challenges d’innovations de grands groupes), programme de partenariat entre entrepreneurs et start-up, développement de l’intra-prenariat, spin-offs, entreprenariat social/sociétal…

Dans un monde qui fonctionne encore beaucoup en mode vertical ou en silos, il s’agit de développer la pensée latérale autant que la sérendipité, ainsi qu’une vision multipolaire plutôt qu’unipolaire.

L’équation de l’Innovation Ouverte pourrait se résumer à 4 éléments complémentaires dont une entreprise doit disposer :

–        des leaders ouverts (open leader – sciences du savoir-être)

–        des processus performants en innovation ouverte (open innovation)

–        des données ouvertes (open data)

–        des APIs ouvertes (open source) ou des plateformes d’idéation

 

Au Québec la table est mise : les villes intelligentes, les grappes, les grands groupes ont pour la plupart développé des bureaux des villes intelligentes, des incubateurs/accélérateurs ou lieux de coworking pour favoriser l’entreprenariat social et la participation citoyenne. Des évènements de calibre international ont lieu à Québec et Montréal autour de la créativité et de l’innovation collaborative pour mélanger les employés, les citoyens, scientifiques, dirigeants, développeurs informatiques, étudiants, utilisateurs, investisseurs… et pour dépasser les obstacles ensemble (Ex : Québec en Mode Solution, C2MTL, les 24 heures de l’Innovation de l’ETS, Je vois Montréal…). Des entreprises dans l’Innovation collaborative ou ouverte se sont développées dont bluenove, entreprise française qui a intégré la plateforme Alsago en 2011 pour son développement en Amérique du Nord et qui est devenue une référence autant en Europe qu’au Québec.

La volonté d’appréhender le processus qui conduit à la créativité tout autant que le résultat est devenu un enjeu afin de valoriser au mieux les gisements de données partagées par les gouvernements, villes, institutions publiques. La compréhension du modèle ou de la recette peut être commercialisée par la suite en vendant le fameux ‘’Savoir Devenir Ailleurs’’. Cela a engendré la création de Living Lab/tech lab ou fab lab, des laboratoires de créativité qui mélangent internationalisation, compétences transversales, processus innovants, technologies universelles ou modèles économiques gagnant-gagnant. Juste à Montréal, Technomontréal en recense de nombreux actuellement. Des institutions québécoises ont même fait de l’innovation ouverte leur modèle d’affaire en ajoutant la donnée du moyen/long-terme : le Criaq (Aérospatiale), Gardn (Aéronautique/développement durable) ou Medtech (Santé) en mélangeant grandes écoles (ETS, HEC Mosaic, Polytechnique…) avec les centres de recherche, intégrateurs, entreprises innovantes, leaders de l’industrie ou financeurs publics ou privés en s’inspirant d’un des pères de l’Innovation Ouverte, Henry Chesbrough de l’Université de Californie à Berkeley.

Pour la prospérité du Québec, les organisations de demain qui réussiront seront donc celles qui allieront : la gouvernance agile (Rigueur), l’innovation ouverte (Créativité) et l’intelligence artificielle (Anticipation) et développeront des compétences transversales chez leurs employés. Dans un monde où il faut dépasser sans cesse ses frontières et ses limites, l’ouverture aux autres ne devient plus un choix mais une nécessité. Elle permettra de construire son Leadership et conduire son réseau dans un cheminement structurant dans une approche éthique et philosophique de la société de demain.

février 2016

Nicolas Bouzou

Nicolas Bouzou est un économiste et essayiste français né en 1976. Il a fondé le cabinet de conseil Asterès en 2006 qu’il dirige depuis. Il a également créé le Cercle de Bélem qui rassemble des intellectuels européens libéraux et progressistes. Il est directeur d’études au sein du MBA Law & Management de l’Université de Paris II Assas. Il écrit régulièrement dans la presse française (Le Figaro, Les Echos, Le Monde) et dans la presse étrangère (Financial Times, Le Temps). Il a siégé au Conseil d’Analyse de la Société auprès du Premier Ministre (2010-2012). Il fait partie du groupe Keyser Söze dirigé par Jacques Attali. Nicolas Bouzou donne une centaine de conférences par an, en France et dans le reste de l’Europe.

Il a écrit de nombreux ouvrages dont Le grand refoulement : stop à la démission démocratique (Plon, 2015), Pourquoi la lucidité habite à l’étranger (JC Lattès, 2015), On Entend l’Arbre Tomber mais pas la Forêt Pousser (JC Lattès, 2013), La Politique de la Jeunesse (avec Luc Ferry, Odile Jacob, 2012). Il publiera en septembre 2016 Pour un progressisme conservateur chez Plon.

Séance APM Montréal : Comprendre les mutations de l’économie

– Réfléchir aux mutations en cours (économiques, démographiques, réglementaires, fiscales…).

– Avoir conscience des scénarios possibles pour l’avenir

– Les traduire en innovations possibles pour les entreprises.

 

Évènement au CRÉ Montréal en partenariat avec Alsago : 

 

Le transport Intelligent multimodal. Comment encourager l’intermodalité ?

Date : Jeudi, 03 mars 2016
Horaire : 9 h à 11 h
Lieu : Maison du développement durable, 50 rue Sainte-Catherine Ouest, salle Clark

Le transport à la demande permet aux usagers de choisir le meilleur mode de déplacement à chacun de leurs trajets. À pied, à vélo, en métro ou en auto, la possibilité de changer de mode de transport permet d’être plus mobile en s’affranchissant de la dépendance à l’automobile. Pour ce faire, les politiques publiques peuvent maintenant s’appuyer sur des avancées technologiques dont on n’entrevoit à peine les potentialités. La conférence abordera le sujet des

Comment encourager les « mobilistes », ces usagers qui se définissent par leur multimodalité, à travers les politiques publiques et les innovations technologiques ?

Exemples de solutions innovantes pour la multimodalité : Recherche d’itinéraires multimodaux ; Calculs d’accessibilités multimodales des transports ; Calcul de temps de parcours Origines/Destinations multiples ; Croisement des calculs d’itinéraires/accessibilités/etc. avec des données socio-économique ou d’autres données (trafic routier, qualité de l’air, etc.)

Parmi les panélistes :

Frédéric Schettini, a fondé en 2007 la société innovante MobiGIS (www.mobigis.fr) qui se positionne comme éditeur de logiciels et société de services spécialisée dans les SIG intervenant dans les domaines du transport et de la mobilité durable des personnes.
Diplômé d’un doctorant de l’Ecole Nationale Supérieure de l’Aéronautique et de l’Espace (SupAéro) et d’un diplôme d’Ingénieur de Ecole Nationale Supérieure de l’Electronique Electricité Informatique Hydraulique (ENSEEIHT) de Toulouse (France).
Dr Schettini a travaillé dans la cadre de différents projets ITS (gestion du trafic en milieu urbain et information usagers) en Europe, en Chine et aux Etats-Unis.
Il a notamment travaillé pendant plus de 6 ans dans le groupe ESRI, leader mondial des éditeurs de Système d’Information Géographique, en tant que responsable des activités transport et logistique en France et puis en responsable des développements de logiciels SIG Transport aux USA.

Interactions

Après avoir décodé la Gouvernance Agile, qui par son cheminement invite à structurer les données et les variables pour mieux anticiper le futur, l’intelligence artificielle ou intelligence analytique permet de prédire le futur grâce à la description des données.

Il existe 3 tendances principales pour générer l’information nécessaire pour prédire le futur :

–          les données fermées récoltées dans des tableaux avec de multiples variables permettant de décrire des processus sur de nombreux cas

–          les données ouvertes ou publiques (open data)

–          les données des médias sociaux tels que Twitter qui oblige les utilisateurs à simplifier/compacter leurs pensées en quelques mots

Avec ces méthodes, les résultats peuvent être extraordinaires jusqu’à 1% ou moins de marge d’erreur. Avec ces différentes données et un nombre de cas suffisants, la précision autant que la robustesse des prédictions deviennent crédibles surtout lorsqu’elles s’intéressent autant aux signaux faibles qu’aux signaux forts…..On démontre de plus en plus que les signaux faibles ou interactions imperceptibles sont déclencheurs de la globalité d’un phénomène.

Par exemple pour la prédiction avec des données structurées, l’approche la plus complète est holistique, du tout vers le moins qui mélange une approche systémique et une approche non-linéaire. Il est donc possible d’appréhender les ingrédients communs aux différents cas analysés tout en intégrant les spécificités de chacun! Nous ne sommes donc pas dans des systèmes binaires, vrai ou faux, qui opposent et n’incluent que 2 possibilités qui étaient liées à notre entendement. Pour comprendre la complexité, nous privilégions le ‘’Et’’ plutôt que le ‘’Ou’’ pour garder la complexité intrinsèquement plutôt que de la simplifier jusqu’à en perdre son essence, sa singularité et ses interactions.

Aussi, prenons quelques exemples concrets qui permettraient d’être utilisées de façon éthique et positive pour la prospérité du Québec :

–          Pour les entreprises, grandes ou PME : prédiction d’une recette de produits comportant les ingrédients et la formule idéale liés aux besoins du consommateur

–          Pour les villes intelligentes : prédiction des délits dans les villes (prévoir le comportement, le type d’agressions…et former les équipes d’intervention en conséquences), des valeurs d’un quartier et de leurs impacts sur les autres quartiers puis sur l’ensemble de la ville, des transactions immobilières entre un acheteur et un vendeur…autant de sujets smart city

–          Pour les hôpitaux : prédiction des maladies actuelles ou nouvelles pour prévenir plutôt que guérir (médecine personnalisée dont le but est de tenir compte des multiples interactions dans les gênes et environnements de chaque personne)

–          Pour les banques ou gouvernements : prédiction des comportements humains malveillants (fraudes financières, terrorisme…)

–          Pour les fonds d’investissements : prédiction des investissements dans des entreprises, des produits, des films

–          La Météo : prédiction du temps ou de phénomènes dangereux et imprévus (tornades, inondations, sécheresse…) ce qui est déjà le cas depuis de nombreuses années

–          Individus ou citoyens : pourront prédire avec des applications abordables par rapport à leurs rêves, projets de création d’entreprises ou visions du monde

Les plus grands groupes mondiaux ou Intégrateurs de type IBM avec Watson notamment collaborent sur comment industrialiser ce type de services et produits autour de l’intelligence artificiel pour en faire une solution b to b autant que b to c.

Comme l’industrie 3D, il existe aussi des dangers dans l’utilisation si ce type d’outils se retrouve en de mauvaises mains…Néanmoins, le défi de connaître l’inconnaissable et rendre visible l’invisible demeure l’enjeu majeur de notre société qui souhaite minimiser les risques et maximiser les chances de réussir!

Comme réflexion philosophique, nous pourrions nous interroger après avoir été souvent privé de l’appréciation de notre présent par l’emprise du passé, de nous retrouver dans la même situation par l’obsession de contrôler le futur! Autrement dit, allons-nous consacrer tout notre temps et énergie à neutraliser les concurrents et s’assurer de toujours avoir un temps d’avance? Existerait-il d’autres manières de gagner? Gagner avec les autres par exemple en préférant coopération à compétition…Justement, l’Innovation Ouverte tente de proposer une alternative liée à la pensée latérale, sujet du prochain article.